Paroisse de Chatou
http://paroisse-chatou.com/Editos-Janvier-2016

Editos Janvier 2016

Bonne lecture !



31 janvier 2016 : La miséricorde, l’art d’aimer !
Cette année sainte de la miséricorde peut nous faire redécouvrir une certaine manière d’aimer et cette longue page de saint Paul sur l’amour vient en manifester quelques facettes. Texte admirable. Abîme sans fond de pensée. Hymne à l’amour absolu. Cet apôtre infatigable nous décrit l’amour comme puissance, comme une force qui transforme notre vie en lui donnant du goût, de l’ampleur, de la liberté, de la tendresse. C’est Dieu qui donne la possibilité d’aimer mais c’est à nous de réaliser cet amour dans notre vie quotidienne. Dans l’Évangile, Jésus unit profondément l’amour de Dieu et l’amour du prochain, au point que, par exemple, « ce que vous avez fait à l’un de ces petits, c’est à moi que vous l’avez fait » nous dit Jésus. Saint Paul se place à un autre niveau. Il décrit tout simplement ce qu’est l’amour, un amour qui est à lui-même sa propre raison d’être, un amour qui, par lui-même, prend patience, rend service, n’abandonne personne : un amour qui aime pour aimer, sans tirer aucun avantage de ceux qui sont aimés. Selon saint Paul, un tel amour ne s’inquiète pas des résultats ; toute sa joie est d’aimer, en vérité. Seul l’amour ouvre un avenir véritable parce qu’il n’est pas atteint par la mort : l’amour ne passera jamais.

Ainsi, l’amour apporte à notre vie son sens et son accomplissement. L’amour sur lequel insiste saint Paul est un amour en actes. Ce n’est pas seulement un sentiment. L’amour qui ne se réduirait qu’à de beaux sentiments ne serait qu’illusion. Mais surtout, saint Paul insiste sur l’amour comme don de Dieu. L’amour a sa source en Dieu. N’oublions pas de nous alimenter à cet amour et de nous laisser traverser par lui, alors nous pourrons aimer comme lui.

Père Olivier Plainecassagne, curé


24 janvier 2016 : Unifier pour régner...
« Les divisions sont comme des plaies dans le corps du Christ, elles font mal et suppurent ».
Cette formule, tirée du catéchisme pour les jeunes (Youcat), ne doit pas nous laisser indifférents. Bien au contraire, elle doit nous bousculer et nous inciter à chercher toujours davantage l’unité.

Dans les lectures de ce dimanche, l’analogie du corps nous montre le travail qu’il nous faut accomplir dans nos propres communautés : la diversité ne s’oppose pas à l’unité. Mieux, elle l’enrichie. Pourtant, sommes-nous toujours bienveillants envers tous ? Recherchons-nous vraiment à voir les autres comme Dieu les voit ? Ne considérons pas nos différences comme un obstacle, mais plutôt comme un encouragement au dépassement.

Et, en cette semaine pour l’unité des chrétiens, ayons le souci de nos frères baptisés en Jésus-Christ. Non pas en niant nos différences dans un consensus ambiguë qui ne respecterait pleinement ni les uns, ni les autres ; mais plutôt en les assumant et en recherchant ce qui nous unit, celui qui nous unit : le Messie. C’est en vivant de Lui, particulièrement par les sacrements et par l’Écriture, que nous pourrons déployer la charité de l’Oint de Dieu au service de l’unité.

Laissons-nous rassembler par Lui et partageons avec Lui sa gloire !

Père Damien Bougas


17 janvier 2016 : Un mariage à Cana
Voilà un récit de mariage qui ne nous parle pas de mariage !
Nous parlons de « miracle », alors que l’évangéliste parle de « signe ».
A quoi « ça sert » de changer de l’eau en vin ?

Tout, dans l’évangile de ce dimanche, nous invite et nous provoque à aller plus loin, plus profond. Après le Temps liturgique de Noël, nous revenons dans ce qu’on appelle le « Temps Ordinaire ».

N’est-ce pas dans le Temps ordinaire de nos vies que nous sommes appelés à vivre l’Évangile ? C’est dans le quotidien que nous ouvrons ou fermons notre porte au Christ. C’est dans l’ordinaire de nos journées que nous choisissons ou non de mettre en œuvre l’invitation de Marie : « Tout ce qu’il vous dira, faites-le ». Mais pour faire « tout ce qu’Il nous dit », encore nous faut-il l’entendre et l’écouter.
En cette année 2016, placée sous le signe de la miséricorde, allons-nous nous contenter de l’eau ordinaire prévue pour les rites de purification, ou recevoir le « vin le meilleur », c’est-à-dire l’Alliance du Christ, l’Amour de Dieu, le don de l’Esprit, qui transforme l’ordinaire de notre vie ?

Ne sommes nous pas invités à discerner les « signes » donnés par le Christ et par l’Esprit ?

…Il y eu un mariage à Chatou. La mère de Jésus était là. Jésus aussi avait été invité… avec les paroissiens….

Père Gérard Heude


10 janvier 2016 : Une nouvelle année...sous le signe de la miséricorde
Lors du baptême de Jésus par Jean Baptiste dans les eaux du Jourdain, une voix se fait entendre : c’est toi mon Fils Bien aimé, en toi j’ai mis tout mon amour. On découvre le regard du Père sur Jésus.
Cette fête du baptême de Jésus vient nous rappeler notre propre baptême, et nous rappelle alors de quel mystère nous vivons : être baptisé, c’est vivre de la paternité de Dieu. Et l’une des caractéristiques de cette paternité de Dieu révélée aujourd’hui ? Il est le Très Haut qui voit tout en bas ! Mais Dieu ne regarde pas comme les hommes, il ne regarde pas selon les apparences, il ne regarde pas par curiosité, ni pour condamner, il voit la seule richesse qui demeure dans l’homme, et que rien ne peut abîmer, il voit notre dignité d’enfant de Dieu : Tu es mon Fils bien-aimé ! Dieu voit une seule chose, notre dignité d’enfant de Dieu !
En cette année sainte de la Miséricorde, cette fête du baptême de Jésus vient nous éclairer sur la manière d’être miséricordieux les uns à l’égard des autres. C’est reconnaître chaque être humain comme un enfant de Dieu, quoiqu’il ait fait ! C’est accueillir avec respect chacun comme un être infiniment digne d’être aimé. C’est porter sur chaque personne un regard d’espérance. Il ne s’agit pas d’être idéaliste ou utopiste, mais d’apprendre à voir cette dignité d’enfant de Dieu au fond des cœurs, en particulier chez les plus pauvres.
Parmi les évènements importants du mois, la semaine de prière pour l’Unité des chrétiens, la Journée mondiale du Migrant et du Réfugié et le « Repas Tombola Sympa ».
Que nous sachions vivre chacun de ces évènements en étant habité par ce visage de la miséricorde de Dieu, « Dieu qui ne se lasse pas de tendre la main ».

Père Olivier Plainecassagne, curé


3 janvier 2016 : Épiphanie : une révélation pour Tous !

Ce dimanche, l’Église célèbre l’Épiphanie du Seigneur, la manifestation de sa gloire.
La scène est bien connue : trois mages venant d’Orient cherchent le roi des Juifs qui vient de naître pour lui rendre hommage. L’ayant trouvé, ils lui offrent leurs présents : de l’or, attribut de puissance des rois ; de l’encens, offrande des prêtres symbolisant les prières montant vers Dieu ; de la myrrhe, parfum utilisé pour l’onction et l’embaumement. Par ces cadeaux, les mages reconnaissent la gloire de l’Enfant-Dieu, préfigurée dans sa royauté, sa divinité et sa Passion.

En hébreu, le mot « gloire » implique l’idée de poids, qui définit l’importance d’une personne et le respect qu’elle inspire. Plus qu’une renommée, la gloire indique la valeur réelle estimée à son juste poids. La gloire du Seigneur désigne Dieu Lui-même, se révélant dans sa puissance, en l’éclat de sa sainteté. Aussi, l’Épiphanie n’est autre que la révélation de la gloire de Dieu en Jésus-Christ. Oui, Jérusalem, par la Nativité, « elle est venue, ta lumière, et la gloire du Seigneur s’est levée sur toi » ! La promesse de Dieu s’accomplit.

Quelle surprise, cependant, de voir que ces païens s’agenouillent devant un enfant qu’ils reconnaissent comme roi, alors que les Juifs, héritiers de la promesse, l’ignorent ! C’est le mystère de la sagesse de Dieu : « Toutes les nations sont associées au même héritage ».

Une manifestation pour tous les peuples ! Venez, adorons Le !

Père Damien Bougas

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

- Eglise Notre-Dame

  • 4 place Sainte Marie
  • Tél. : 01 39 52 17 86

- Eglise Sainte Thérèse

  • 36, route de Maisons
  • Tél. : 01 39 52 79 24

- Chapelle Saint Jean

  • 208, rue des Landes
  • Tél. : 01 39 52 57 98

- Nouveau à Chatou ?

- Tweets du Pape François

Dans l'Eglise

Diocèse de Versailles

Radio Notre-Dame

Eglise de France

Liens utiles

Feuilles d'infos paroissiales

Agenda
newsletter

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr