Paroisse de Chatou
http://paroisse-chatou.com/Editos-d-Avril-2016

Editos d’Avril 2016

Bonne lecture !



17 avril 2016 : Mes brebis écoutent ma voix ; moi, je les connais et elles me suivent (Jn 10,27)
Moi je les connais ! Devenir prêtre, c’est entrer dans une fraternité renouvelée avec chacun des membres du Peuple de Dieu.

Une fraternité humaine. Un prêtre est un homme comme les autres. Le Concile Vatican II rappelait : « Pris du milieu des hommes et établis en faveur des hommes, dans leurs relations avec Dieu, afin d’offrir des dons et des sacrifices pour les péchés, les prêtres vivent avec les autres hommes comme des frères ».

Une fraternité ministérielle. Un prêtre est un serviteur du salut pour tous les hommes. Les mêmes Pères conciliaires écrivaient : « [Les prêtres] ne pourraient être ministres du Christ s’ils n’étaient témoins et dispensateurs d’une vie autre que la vie terrestre (…) ».

Une fraternité féconde. Un prêtre vit une communion féconde avec l’Église perceptible notamment dans l’Eucharistie. Saint Jean-Paul II rappelait : « En tant qu’il représente le Christ Tête, Pasteur et Époux de l’Église, le prêtre a sa place non seulement dans l’Église, mais aussi en face de l’Église ».

« Homme », « ministre », « époux », un prêtre est un frère à découvrir afin qu’il nous connaisse comme le Pape François le souhaite : « Je vous demande d’être des pasteurs qui portent l’odeur des brebis ».

Père Matthieu DUPONT,
Supérieur du Séminaire de Versailles


10 avril 2016 : La communauté de l’Agneau...

Quelle drôle de représentation que celle d’un agneau pour figurer le Christ ! D’aucun pourraient trouver cette comparaison gentillette, voire un peu naïve.

Symbole de docilité et d’innocence, il est tout au contraire la figure du Messie, acceptant la faiblesse pour recevoir la puissance, immolé pour revêtir l’immortalité.

Dans le livre de l’Apocalypse, la vision de Jean assimile l’Agneau à « Celui qui siège sur le Trône » et que l’on ne peut nommer, le Père. Cette proximité se trouve renforcée si l’on se souvient que devant le Trône se tiennent les « Sept Esprits de Dieu » (Ap 4,5). Le chiffre sept symbolisant la totalité, c’est de la Trinité elle-même dont il est question ici. L’Agneau tire sa gloire de sa relation au Père et à l’Esprit-Saint et est acclamé par «  toute créature dans le ciel et sur la terre, sous la terre et sur la mer, et tous les êtres qui s’y trouvent ». Celui que le monde n’a pas reconnu et a condamné est maintenant couronné de gloire et d’honneur. Tous se rassemble autour de Lui.

Voilà précisément le rôle de nos communautés chrétiennes : se rassembler autour du Christ pour le louer et lui rendre grâce. Avancer ensemble, malgré les souffrances et les épreuves des temps présents pour participer ensemble à la victoire finale. Que cette certitude soit pour nous source d’une courageuse persévérance et d’une espérance renouvelée !

Père Damien Bougas


3 avril 2016 : La foi de notre jumeau

« L’un des douze, Thomas, appelé Didyme, c’est-à-dire « jumeau », n’était pas avec eux… ».
Si l’évangéliste prend la peine d’écrire cela, n’est-ce pas pour nous suggérer que nous ressemblons à Thomas ?
La foi au Christ est de l’ordre de la confiance. Nous sommes ceux que Jésus proclame heureux : « heureux ceux qui croient sans avoir vu ». Le Christ ne demande pas d’être crédules, mais croyants, c’est-à-dire donner notre confiance.
La foi n’est pas un savoir, mais une relation reçue et acceptée dans la confiance.
Cependant, si la foi au Christ n’est pas au bout d’un tissu de preuves, elle a besoin de « signes ». Pour les apôtres et Thomas, le signe donné sera le corps du Christ et sa présence visible. Il est à la fois le même et tout autre. Pour nous, le signe donné est aussi le corps du Christ formé par les baptisés (« vous êtes le corps du Christ ») lorsque ces derniers sont fidèles à l’Évangile, vivent l’enseignement du Christ, rayonnant de charité.
Les sacrements sont les signes de la présence et de l’action du Christ ressuscité. Comme Thomas, nous pouvons proclamer « mon Seigneur et mon Dieu ». C’est en même temps un acte de foi et un cri d’amour.
Alléluia = que Dieu soit loué.

Père Gérard Heude


Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

- Eglise Notre-Dame

  • 4 place Sainte Marie
  • Tél. : 01 39 52 17 86

- Eglise Sainte Thérèse

  • 36, route de Maisons
  • Tél. : 01 39 52 79 24

- Chapelle Saint Jean

  • 208, rue des Landes
  • Tél. : 01 39 52 57 98

- Nouveau à Chatou ?

- Tweets du Pape François

Dans l'Eglise

Diocèse de Versailles

Radio Notre-Dame

Eglise de France

Liens utiles

Feuilles d'infos paroissiales

Agenda
newsletter

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr