Paroisse de Chatou
http://paroisse-chatou.com/Editos-de-Decembre-2016

Editos de Décembre 2016

Bonne lecture !



18 décembre 2016 : Des signes de Noël

Les signes de l’approche de Noël sont visibles par tous : sapins, guirlandes, décorations lumineuses, vitrines, courses aux cadeaux… Pour certains, il y a aussi une crèche dans un coin de la maison. Elle rappelle que nous oublions parfois l’essentiel. Il arrive que l’on fasse la fête en oubliant le fêté. Le fêté est discret. Il s’est fait tout petit pour ne pas nous effrayer et se mettre à notre portée. Mais il arrive qu’on ne le voie plus, qu’il n’ait qu’une toute petite place, ou plus de place du tout. « Il n’y avait pas de place pour eux, dans la salle commune », nous dit l’évangéliste de la nuit de Noël. N’est-ce pas à nous, chrétiens, de discerner et manifester les « signes » de la venue et de la présence du Christ, de Jésus, dont le nom signifie « Dieu sauve », « Dieu avec nous ». Dieu nous sauve en étant avec nous, en devenant l’un de nous ! Le prophète Isaïe propose : « Demande pour toi un signe de la part du Seigneur » et : « Le Seigneur lui-même vous donnera un signe ». Ne serait-ce pas à nous d’être les uns pour les autres, et pour tout homme de bonne volonté, des signes vivants de la présence du Christ tout proche, porteurs de miséricorde, de tendresse, de paix… ?

Père Gérard Heude


11 décembre 2016 : Où est passée la joie ?
C’est aujourd’hui le dimanche de la joie ! Gaudete !
Il n’est pas simple de dire ce qui caractérise la joie du chrétien. Serait-ce d’être à l’abri des soucis de l’existence, des orages ou des épreuves ? Où se trouve cette joie véritable, qui envahit le cœur en y apportant une plénitude et une paix ? Jean-Baptiste, le précurseur, nous met sur la voie.
La joie est la victoire d’avoir enfin trouvé le Messie, celui tant attendu et désiré !
La joie découle de cette certitude que Dieu intervient dans notre monde, dans notre histoire, aussi invraisemblable que cela puisse paraitre. Notre Dieu est un Dieu qui agit avec force et douceur ; Dieu n’est pas seulement celui qui est, mais aussi celui qui vient avec puissance, qui agit encore aujourd’hui dans notre vie, dans notre monde. La joie découle de la foi ; elle ne consiste pas seulement à croire que Dieu va réaliser ce qu’on lui demande, mais elle consiste à faire confiance à ce que Dieu réalise dans le monde à chaque instant. Dieu est à l’œuvre, sans cesse ; ainsi, loin de m’inquiéter de ma vie, de son sens et de son avenir, je m’attache à Dieu, je m’abandonne à Lui, qui conduit toutes choses avec sagesse, et qui sait mieux que moi ce dont j’ai besoin ! Apprendre à voir les merveilles que Dieu accomplit dans le monde ; en découle une nouvelle manière de voir sa vie et de voir le monde. De là naît la joie en nous, et autour de nous.

Père Olivier Plainecassagne


4 décembre 2016 : Engeance de vipères !

Curieuse formulation, pourrions-nous penser. Pourtant, c’est en ces termes que Jean le Baptiste reprend les pharisiens et les sadducéens qui viennent pour être baptisés. Et cette expression sera reprise plusieurs fois dans ce même Évangile (12,34 ; 23,33). Pourquoi une telle expression ?
Pour le comprendre, il faut revenir sur le thème central de ce passage : la conversion. La radicalité prônée par le Baptiste peut surprendre : « Tout arbre qui ne produit pas de bons fruits va être coupé et jeté au feu ». Il faut y discerner l’urgence de la conversion, la nécessité d’une purification pleine et entière. Et pour cela, éviter la tentation et la compromission avec le péché. La figure du serpent a une symbolique forte dans l’Écriture. Dès les origines, il a su répandre son poison dans le cœur de l’homme, sa langue fourchue distillant le doute en l’homme. Aussi, ceux qui suivent le reptile maudit deviennent ses enfants (cf. Jn 8,44).
Pour une conscience éclairée, discerner la tentation et le tentateur n’est pas sorcier. Mais choisir d’y renoncer suppose un engagement fort, ancré dans la foi. Toute conversion ne s’opère pas d’un coup de baguette magique mais implique nécessairement de la persévérance et de la constance dans l’épreuve.
A quelques semaines de Noël, souvenons-nous de notre baptême, renonçons au péché et à ce qui y conduit. Préparons joyeusement notre cœur à la venue du Seigneur : « Que son nom dure toujours » !

Père Damien Bougas


Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

- Eglise Notre-Dame

  • 4 place Sainte Marie
  • Tél. : 01 39 52 17 86

- Eglise Sainte Thérèse

  • 36, route de Maisons
  • Tél. : 01 39 52 79 24

- Chapelle Saint Jean

  • 208, rue des Landes
  • Tél. : 01 39 52 57 98

- Nouveau à Chatou ?

- Tweets du Pape François

Dans l'Eglise

Diocèse de Versailles

Radio Notre-Dame

Eglise de France

Liens utiles

Feuilles d'infos paroissiales

Agenda
newsletter

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr