Paroisse de Chatou
http://paroisse-chatou.com/Editos-de-Fevrier-2016

Editos de Février 2016

Bonne lecture !



21 février 2016 : "Un évènement fascinant !"

Cet événement de la Transfiguration nous fascine parce que c’est un mystère de lumière, pendant quelques instants la gloire qui habite le Christ, cette gloire divine qui jusqu’à maintenant était comme cachée, voilà qu’elle apparait au grand jour ; la gloire de la divinité resplendit sur le visage du Christ. Et les apôtres sont fascinés. Voilà bien le mystère de Dieu, dont cette gloire est comme un vivant reflet, il éblouit sans écraser ! Il nous fait entrer dans la joie, dans une plénitude de joie sans oublier pour autant la dure réalité qui marque notre humanité.

Lors de la Transfiguration, Pierre, Jacques et Jean sont pris dans la nuée avec Jésus. Puis une voix divine se fait entendre. Nous sommes en pleine prophétie ! Ils préfigurent notre entrée dans la nuée de Dieu avec le Fils, mais la Transfiguration n’est pas seulement une preuve de la divinité du Christ, ni une consolation faite par avance aux apôtres ; Jésus veut leur dire un secret alors qu’il va être soumis à l’épreuve de la mort, Dieu par avance fait resplendir la puissance de vie, qu’il veut lui donner, qu’il veut nous donner. Le secret dans lequel nous entrons est d’oser croire que Dieu veut notre vie, mais aussi d’accepter de voir que notre vie est habitée par la plénitude de vie qu’est Dieu, même si nous avons l’impression que notre vie est décevante, défigurée, ou qu’elle connaît le chemin de la souffrance. Tout ce que nous mettons en œuvre tout au long de ce carême doit permettre à cette plénitude de vie qui est en Dieu de revêtir toute notre vie.

Père Olivier Plainecassagne, curé


14 février 2016 : "Le désert, lieu de la rencontre..."

Enfin le Carême ! Une belle période s’ouvre devant nous pour revenir à l’essentiel et nous poser les bonnes questions sur le sens de notre vie. Quelle joie !

Pourtant, reconnaissons-le, ce n’est pas d’abord la joie que nous associons à ce temps liturgique, mais plutôt la pénitence, le jeûne, l’effort, le violet, le désert… Comment tout tenir ensemble ?

Après son baptême, Jésus est poussé dans le désert par l’Esprit Saint. Là, dans le jeûne et la prière, il va être tenté par trois fois : « Si tu es Fils de Dieu, ordonne à cette pierre de devenir du pain » ; « Si tu te prosternes devant moi, tu auras tout cela » ; « Si tu es Fils de Dieu, d’ici jette-toi en bas ». Ces tentations s’inscrivent dans la vision humaine du Messie, de cet envoyé de Dieu qui doit sauver les hommes. En fin de compte, le diable s’attaque à la nature divine de Jésus en le présentant à la manière humaine.

La vie du Christ est la réponse à ces tentations : Il est le Pain Vivant, descendu du Ciel, qui donne la vie éternelle (cf. Jn 6,51) ; Il est Dieu, faisant advenir son Royaume au milieu de nous (cf. Lc 17,21) ; Il est descendu sur terre pour prendre notre nature et mourir sur la croix (cf. Ph 2,6-8). Il oppose aux paroles du démon sa nature divine.

Le désert est donc le lieu où Jésus manifeste Dieu. C’est là que nous apprendrons à mieux le connaître, en délaissant le superflu qui nous encombre. Là que nous pourrons être purifiés. Là que nous le rencontrerons.

Alors oui, vive le Carême !

Père Damien Bougas


7 février 2016 : "C’est le moment favorable..." (2 Cor 6, 2)
Grâce au pape François, nous sommes provoqués à contempler et vivre plus profondément la miséricorde.

Le temps de Carême, qui commence, sera une occasion privilégiée pour être « miséricordieux comme le Père est miséricordieux ». La miséricorde pourrait être un nom de Dieu. Elle fait partie de son être, de son identité. Toute action de Dieu est alors œuvre de miséricorde.

Notre carême 2016 est appelé à être, plus que d’habitude, un temps de grâce, un chemin de miséricorde, un entrainement à laisser le Seigneur transformer nos cœurs, éclairer et convertir notre regard, nos pensées, nos paroles, nos comportements.

Les sacrements célébrés sont des dons de Dieu où Dieu SE donne. Les célébrer et les accueillir nous engage à vivre la miséricorde. Nous continuerons à célébrer l’eucharistie pour en vivre, dans le quotidien, par la charité fraternelle et le partage. De façon privilégiée, nous célébrerons le sacrement de pénitence et de réconciliation, signe et don de la miséricorde reçue pour être vécue.

N’attendons pas la veille de Pâques !! (par charité, laissons ce jour là disponible pour celles et ceux qui viennent occasionnellement.) Nous avons 40 jours ! (Permanences de prêtres ou rendez-vous avec eux, célébration en doyenné) L’efficacité du sacrement n’est pas liée à la proximité de Pâques. « Revenez au Seigneur votre Dieu, car il est tendre et miséricordieux » (Joël 2, 12-13 : 1ére lecture du mercredi des Cendres).

Beau et bon Carême de miséricorde.

Père Gérard Heude


Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

- Eglise Notre-Dame

  • 4 place Sainte Marie
  • Tél. : 01 39 52 17 86

- Eglise Sainte Thérèse

  • 36, route de Maisons
  • Tél. : 01 39 52 79 24

- Chapelle Saint Jean

  • 208, rue des Landes
  • Tél. : 01 39 52 57 98

- Nouveau à Chatou ?

- Tweets du Pape François

Dans l'Eglise

Diocèse de Versailles

Radio Notre-Dame

Eglise de France

Liens utiles

Feuilles d'infos paroissiales

Agenda
newsletter

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr