Paroisse de Chatou
http://paroisse-chatou.com/Editos-de-Novembre-2016

Editos de Novembre 2016

Bonne lecture !



27 novembre 2016 : Voilà le temps de l’Avent

Enfants, nous avons connu la difficulté d’orthographier ce mot. Avec un "a" ? Avec un "e" ? Chronologiquement, c’est bien la période "avant" Noël. Pourtant, ce temps nous tourne vers un avenir, puisque "Avent" (adventus), signifie "venue", "avènement".
Quelle est donc notre attente ?
"L’avant " nous mobilise beaucoup : cadeaux à prévoir, repas à envisager, invitations à faire… Reste la question du sens : tout cela pourquoi ? Pour quoi ? Ayant souvent perdu le sens, nous avons réduit Noël à être la fête des enfants. Les adultes ne seraient-ils donc pas concernés par cette célébration ?
"L’Avent" nous redonne le sens. Peut-être que si nous accueillons le sens de l’Avent et de Noël, cela nous déstabiliserait car notre échelle de valeurs serait sans doute remise en cause ? Pourquoi ou pour qui vais-je me réjouir à Noël ? Que me dit ce petit enfant dont nous ferons mémoire ? Ce tout petit, né pauvrement, reconnu seulement par les petits et les pauvres de son temps. Ce nouveau-né remet en cause nos conceptions de Dieu et de l’homme : cela interpelle nos choix et nos modes de vie, mais fait naître aussi une espérance.
Alors, au-delà des flonflons, beaucoup d’hommes et de femmes "de bonne volonté" ouvriront leur cœur et leur maison aux petits et aux isolés de leur entourage. Dieu, que nous avons la tentation d’enfermer dans "le ciel" ou d’éloigner, se glissera parmi eux.
Jésus nous révèle que Dieu n’est pas comme nous l’imaginons. La plus belle des crèches, c’est le cœur de l’homme.

Père Gérard Heude


20 novembre 2016 : Prière pour l’année de la Miséricorde

Seigneur Jésus-Christ, toi qui nous a appris à être miséricordieux comme le Père céleste, et nous a dit que te voir, c’est Le voir. Montre-nous ton visage, et nous serons sauvés. Ton regard rempli d’amour a libéré Zachée et Matthieu de l’esclavage de l’argent, la femme adultère et Madeleine de la quête du bonheur à travers les seules créatures ; tu as fait pleurer Pierre après son reniement, et promis le paradis au larron repenti. Fais que chacun de nous écoute cette parole dite à la Samaritaine comme s’adressant à nous : si tu savais le don de Dieu ! Tu es le visage visible du Père invisible, du Dieu qui manifesta sa toute puissance par le pardon et la miséricorde : fais que l’Église soit, dans le monde, ton visage visible, toi son Seigneur ressuscité dans la gloire. Tu as voulu que tes serviteurs soient eux aussi habillés de faiblesse pour ressentir une vraie compassion à l’égard de ceux qui sont dans l’ignorance et l’erreur : fais que quiconque s’adresse à l’un d’eux se sente attendu, aimé, et pardonné par Dieu. Envoie ton Esprit et consacre-nous tous de son onction pour que le Jubilé de la Miséricorde soit une année de grâce du Seigneur, et qu’avec un enthousiasme renouvelé, ton Église annonce aux pauvres la bonne nouvelle, aux prisonniers et aux opprimés la liberté, et aux aveugles qu’ils retrouveront la vue. Nous te le demandons par Marie, Mère de la Miséricorde, à toi qui vis et règnes avec le Père et le Saint Esprit, pour les siècles des siècles.
Amen

Pape François


13 novembre 2016 : Témoigner de la Miséricorde

Dans quelques jours, nous vivrons la clôture de l’Année sainte de la Miséricorde. Année marquée par la redécouverte que la miséricorde exprime merveilleusement bien qui est Dieu et ce qu’Il attend de nous. Face au mal, l’amour se transforme en miséricorde. La miséricorde est la dimension indispensable de l’amour, car l’amour est toujours confronté, d’une manière ou d’une autre, à la faiblesse de celui qui aime et de celui qui est aimé. Comme le dit le pape François, nous sommes tous « habillés de faiblesse ». La miséricorde est l’autre nom de l’amour. Dieu est miséricordieux parce que Dieu est amour ; patiemment Il aime, sans se lasser ! La miséricorde a été comme une lumière qui a éclairé toute cette année ; elle a éclairé notre manière de vivre, de nous comporter les uns à l’égard des autres, de nous en remettre à Dieu dans le secret de nos cœurs… Clôturer l’Année sainte de la Miséricorde ne consiste bien évidemment pas à cesser d’être miséricordieux… bien au contraire ! La joie de la miséricorde doit continuer à rayonner en nous et tout autour de nous. C’est pourquoi notre paroisse poursuit avec une « année de la mission ».
Osons la mission ! Osons témoigner par toute notre vie que la miséricorde nous porte, nous transforme ; elle est capable de renouveler en profondeur notre monde et notre manière de vivre ensemble. La mission nous attend. Ouvrons les yeux.

Père Olivier Plainecassagne, curé


6 novembre 2016 : On ne vit que de foi...

Quel sens donner à ma vie ? A quoi bon vivre ? La mort a-t-elle un sens ?

Dans une société où bon nombre de nos contemporains ne veulent pas concevoir une vie après la mort, ces questions résonnent de manière dramatique et oppressante. Si la mort est la fin de tout, je n’ai rien à espérer et ma vie n’a pas sens, l’unique but étant de survivre, de « faire au mieux ». Quelle angoisse !

Au contraire, en cette fin d’année liturgique, les textes orientent notre regard vers le Ciel et insistent plus particulièrement en ce dimanche sur la promesse de la résurrection.

Dans la première lecture, sept frères sont torturés à cause de leur foi. Les uns après les autres, ils témoignent par leur vie de leur espérance en la résurrection. Tous ont cette certitude de la vie éternelle… Martyrs de la foi. Pour eux, l’existence sur terre est négligeable comparée à la celle au Ciel. Ils ne considèrent pas la mort comme un but, mais comme un moyen d’accéder à Dieu. Ce que reprend Saint Ambroise : « La mort n’était pas naturelle, mais elle l’est devenue ; car, au commencement, Dieu n’a pas créé la mort (Sg 1,13) : il nous l’a donnée comme un remède ». Alors la mort serait-elle préférable à la vie ? Certes non ! Il s’agit de vivre, et non de se laisser mourir. De passer sa vie à faire le bien, joyeusement et jusqu’au bout, poussé par cette foi et cette espérance qui nous rendent capables de la plus grande charité.

A l’exemple des frères martyrs, restons fidèles au service de sa Majesté, le Roi du monde, le « Dieu d’Abraham, Dieu d’Isaac, Dieu de Jacob ». Choisissons la vie !

Père Damien Bougas


Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

- Eglise Notre-Dame

  • 4 place Sainte Marie
  • Tél. : 01 39 52 17 86

- Eglise Sainte Thérèse

  • 36, route de Maisons
  • Tél. : 01 39 52 79 24

- Chapelle Saint Jean

  • 208, rue des Landes
  • Tél. : 01 39 52 57 98

- Nouveau à Chatou ?

- Tweets du Pape François

Dans l'Eglise

Diocèse de Versailles

Radio Notre-Dame

Eglise de France

Liens utiles

Feuilles d'infos paroissiales

Agenda
newsletter

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr