Edito du 09/09/2018

Ne pas entendre, ne pas pouvoir parler, ce n’est pas seulement une infirmité, c’est un emprisonnement qui isole et enferme. Le Christ se laisse toucher par le drame du sourd-muet qu’on lui amène. Il le touche et lui parle. Toute la personne de Jésus participe à la guérison de cet homme : son corps (il le touche), son esprit (« il soupire »), sa parole « ouvre Toi ».
Et c’est toute la personne du sourd-muet qui est guérie ; pas seulement sa langue et ses oreilles. L’homme tout entier est sauvé. Le Christ ne sauve pas seulement une partie de nous. Il manifeste qu’il accomplit les Ecritures, il réalise ce qu’annonçait le prophète Isaïe : « les yeux des aveugles se dessilleront, et les oreilles des sourds s’ouvriront ».
Quels sont mes mutismes et mes surdités ?
A quelles paroles de Dieu suis-je sourd parce qu’elles me dérangent ? Qu’est-ce qui me rend muet lorsque je pourrais proclamer les merveilles de Dieu ou témoigner du Christ ?
Rappelons-nous lors de notre baptême, il nous a été dit aussi : « OUVRE-TOI ».
En période de rentrée, voilà une belle invitation du Christ adressée à chacun de nous, et à toute la paroisse.

Père Gérard Heude